SOMME II


SOMME II

MARQUEUR D’ESPACE, 


PASSEUR DE TEMPS

Illustration projet multimédia

 

SOMME II, UN DESTIN HORS DU COMMUN

Le bateau baliseur SOMME II surnommé le « Tonnier » a, pendant 50 ans, inlassablement remplacé une soixantaine de balises (ou « tonnes ») des  chenaux de la Baie de Somme à l’aide d’un puissant cabestan.

Construit en 1950 par les chantiers Auroux d’Arcachon, SOMME II, baliseur à squelette métallique, revêtu de bois de chêne, a été conçu pour naviguer et s’échouer dans la Baie de Somme.

De corpulence trapue et doté d’une machinerie exceptionnelle (moteur Beaudoin DG3), ce navire à fort tempérament apprivoisa une baie capricieuse et rebelle pendant plusieurs générations.

Désarmé en 1999 par les Phares et Balises, le vaillant SOMME II, unique et incomparable,   fut classé Monument Historique le 26 juin 2000 à l’issue d’un demi-siècle de durs et loyaux services.

 

SOMME II, DE BALISEUR A AMBASSADEUR

Propriété du Conseil Départemental de la Somme, le baliseur SOMME II est restauré de 2007 à 2009.

Depuis, SOMME II, est devenu le témoin le plus représentatif et le plus émouvant de l’aventure humaine des gens de mer, qu’il a su guider pendant plusieurs  générations au travers des pièges des chenaux, pour la plus grande fierté de son équipage d’ailleurs…

Il est à lui seul une mémoire tellement vivante que dans nos esprits sa silhouette quasi-humaine est définitivement imprimée. Elle laisse transparaître en filigrane l’activité maritime florissante des trois ports de la Baie incarnée par la pêche artisanale, le transport commercial et, encore maintenant, la navigation de plaisance.

 

Emissaire et sentinelle, l’emblématique BALISEUR a, de fait, une profonde vocation à devenir l’AMBASSADEUR du patrimoine maritime de la baie de Somme.

 

 

Plus d’infos : https://www.bateaubaiedesomme.com/

EN BAIE DE SOMME 

DES MARINS AU SERVICE DES MARINS

 

Au pied de mer, les navires piaffent d’impatience dans l’attente du flot. Aux abords, les bancs de Somme se dorent au soleil.

La mer gonfle, les navigateurs repèrent l’ATSO, puis CH’3, la porte de la baie de Somme, flanquée de 2 tonnes à ballons, à tribord S1 la verte et à bâbord S2 la rouge.

L’onde-marée déferle sur l’estran et engloutit rieux, vasières, mollières en vive-eau.

Le signal est donné, les embarcations petites et grandes se faufilent le long du chenal de la Somme et remontent la passe de bouée en bouée, surfant sur les vagues, emportées par de puissants courants.

A tribord, la pointe du Hourdel et son bec crochu qui abrite le port et l’anse aux morts, …quelques frissons…Le périple se poursuit, au loin, la BIF, en robe jaune et noire, indique à bâbord ch’passage du Crotoy, à tribord le chenal de St Valery.

Un dernier effort, le dénouement est proche pour un accostage prévu au port de St Valery ou du Crotoy avant que le jusant ne se retire vers d’autres horizons.

Amarré au quai, l’imperturbable bateau-baliseur,  déplace chaque fois que nécessaire, les bouées des chenaux pour sécuriser l’accès aux ports de la Baie.

Le plus vaillant d’entre eux,  SOMME II, surnommé « Le Tonnier », est classé Monument Historique pour ½ siècle passé au service des gens de mer.

 Chenal : accès naturel au port

ATSO, CH’3, S1, S2, BIF : exemples de bouées jalonnant les chenaux de la baie 

ASSOCIATION SOMME II  – 2019

DAVID DELANNOY a écrit…

SOMME II

Pour rêver aux grands départs…

Quai Blavet, Saint Valery, à bord sur le Somme II, baliseur officiel du chenal à son âge d’or, l’ouvreur des routes maritimes. Le capitaine, teint halé accueille les passagers du jour pour une activité inédite : un échouage au milieu de la Baie entre les deux marées. Sur le pont, que du bois authentique, dans la cale, le moteur Baudouin à pistons, 150 chevaux, une pièce de musée. La vague taquine la coque, bruit d’explosion, chant du départ. Les randonneurs du jour, face au large, s’éveillent lentement au matin, contemplent la lumière avec un naïf ravissement ; on comprend très vite qu’elle ait  pu éclairer les siècles, celui des écrivains et des peintres venus d’Angleterre, de Barbizon et d’ailleurs. 

Le phare à tribord, l’ancienne capitainerie à bâbord. Le bateau fend les vagues, la cité balnéaire défile ; toute son histoire aussi, depuis l’époque néolithique des premiers humains, en passant par celle d’antiques grecques accostant le rivage, dans leurs vaisseaux blancs. Sans oublier les romains, Galaric, le moine ermite du côté de la falaise morte, ni Guillaume et son armada conquérante. Combien de siècles parcourus en si peu de temps ? Mais l’humeur n’est pas aux leçons d’histoire, elle est au voyage. 

Dans le courant des galériens en kayak  remontent le couloir du temps, souquent ferme pour ne pas rater le rendez-vous avec les phoques qui doivent se dorer la pilule quelque part sur un banc de sable. Dans la vapeur du lointain, la chapelle des Marins toute fière regarde en silence escalader le ciel. Sous ses replis ténébreux, les feuillages sombres, étagés sur l’ancienne falaise soulèvent juste ce qu’il faut de mystère à la majesté du site.

Le bateau s’arrête au milieu du chenal pour l’échouage des apprentis aventuriers. On débarque les voyageurs par petit paquet, sur l’îlot provisoire. Ils remonteront à bord, juste avant le retour des flots, après l’exploration de la baie. A coup sûr ce petit monde  un peu grisé et éventé se souviendra de cette excursion heureuse, à rebours du temps.

Association Somme II

St Valery sur Somme

https://www.bateaubaiedesomme.com

© Association Somme II, tous droits réservés pour tous pays.